L’origine

Awa Odori trouve son origine dans les danses du festival bouddhiste japonais « o-Bon », qui honore les esprits des ancêtres. Durant ce festival, les esprits des ancêtres morts rendent visite pendant quelques jours en août à leurs parents vivants. Ce festival a toujours été marqué par des manifestations spectaculaires au Japon, surtout à Tokushima (sud du pays), lieu de naissance d’Awa Odori. Awa Odori elle-même est probablement née à la fin du XVIe siècle, lorsque le daimyô (seigneur local) Hachisuka Iemasa organisa de grandes libations en l’honneur de l’ouverture de son château à Tokushima. L’alcool fit les participants se mettre à drôlement danser, bientôt accompagnés par des musiciens qui improvisèrent une chanson aux paroles et au rythme entraînants.

L’envol

Au XVIIe siècle, Awa Odori devient une tradition solidement établie. Pendant quelques jours, dans cette société très hiérarchisée qu’est le Japon médiéval, les samouraïs s’enivrent de concert avec les paysans et les marchands. Toute activité cesse pendant cette période. Le festival connaîtra une brève interruption à la fin du XIXe siècle en raison de la chute des exportations de pigment indigo, spécialité de Tokushima dont l’industrie avait financé le festival. Mais Awa Odori connaîtra un nouvel essor à partir de 1926, sous l’impulsion des autorités locales.

La danse

Awa Odori est un événement réalisé par des amateurs que la passion a hissés à un niveau professionnel. Musiciens et danseurs s’entraînent toute l’année pour produire le spectacle le meilleur possible une fois par an. Les danseurs sont divisés en centaines de groupes, ou “ren”, qui ont chacun leur style de danse, de musique et d’accoutrement. Awa Odori a son hymne  : Awa Yoshikono. Le refrain est si simple qu’il peut être interprété dans le plus absolu état d’ébriété  : « Les danseurs sont fous  ! Les spectateurs sont fous  ! Ils sont tous fous  ! Alors pourquoi ne pas danser  ? »

La danse - Awa Odori

Aujourd’hui

Parmi les 100.000 festivals qui égaient chaque année l’été au Japon, celui d’Awa Odori est le plus important du pays. Il forme sans doute le plus grand spectacle synchronisé au monde. Awa Odori n’a rien perdu de la folie des débuts. Au contraire  : c’est un événement de plus en plus populaire. 70.000 danseurs se produisent chaque mois d’août à Tokushima devant près de deux millions de spectacteurs venus de tout le pays. Le festival dure quatre jours pleins, dans une ambiance hystérique. Awa Odori a aussi essaimé dans le reste du pays. La version du quartier de Koenji, à Tokyo, née il y a soixante ans, est un énorme succès. Fin août, il mobilise des milliers de danseurs (11.000 en 2013), et accueille plus d’un million de spectateurs.

Aujourd'hui - Awa Odori